Le temps des amours

18,90€

Le dernier tome des « Souvenirs d’enfance » de Marcel Pagnol adapté en BD. Marcel a déjà découvert les belles amitiés. Celle avec Lilli des Bellons dans ses chères collines et celles avec ses camarades du lycée Thiers de Marseille. Il lui reste à faire l’apprentissage de l’amour. D’abord avec Isabelle, la fille d’un poète fantasque et raté, une gamine à qui il cède tout et est prêt à se ridiculiser. Puis avec la belle Clémentine, une jeune danseuse. Mais c’est aussi le moment pour Pagnol de faire la découverte de ce qui sera l’amour de sa vie : l’écriture.

La glòri de moun paire

19,90€

Ce cycle ayant lancé la collection des adaptations des œuvres de Marcel Pagnol en bandes dessinées trois ans plus tôt, les éditions Grand Angle ont décidé de marquer le coup en publiant La Gloire de mon père en version provençale. La Glòri de moun paire est donc disponible depuis le mois de novembre 2018 pour tous les amateurs de langue provençale.

Des Chinetoques en Provence

13,90€

Années 1970. Au village, Boutiquet, le maire, a bien du mal à inciter ses concitoyens à ne pas prendre la poudre d’escampette. C’est qu’ils ont été nombreux, les hon­nê­tes villageois, à avoir loué leurs bras à la ville. Et force est de reconnaître que notre charmant coin de Provence s’est sin­gu­liè­re­ment dépeuplé ces dernières années. Même le vieux Tonin, l’ancien distilleur, qui était à même de fournir du travail à quantité d’hommes, a renoncé à son activité depuis la mort de son fils, vingt ans plus tôt, tombé en Indochine sous les balles du Viêt-minh.
Aussi, lorsque Boutiquet décide de prendre les choses en main, il exige de Tonin la réouverture de sa lavanderaie. Et pour effectuer le travail que ne peuvent plus faire ceux qui sont partis, il croit avoir une excellente idée en faisant venir au village une main-d’œuvre composée de réfugiés cambodgiens.
Face à ces « Chinetoques » qu’il tient tous pour des assassins, Tonin réagit très violemment. Au village également, les opinions sont partagées. Entre les cris ulcérés des uns et l’accueil chaleureux prodigué aux migrants par les autres, les relations se crispent entre les autochtones. Ces hommes venus d’ailleurs au secours du village parviendront-ils seulement à s’y faire accepter ?
En conteur habile et en fin connaisseur de l’âme humaine, Serge Scotto décortique avec élégance et humour ces grands et ces petits sentiments qui, partout et de tout temps, nous rendent capables du pire comme du meilleur. Ce roman optimiste, donnant vie à des personnages hauts en couleurs qui semblent marcher dans les pas de Marcel Pagnol ou de Jean Giono, apporte une jolie touche de nostalgie à une thématique très actuelle.